La mobilisation autour du lieu

Le collectif de la Parole Errante demain a commencé par organiser deux journées de discussions publiques sur les suites du lieu en octobre 2015.

La Parole errante Demain ! Une journée d’information et de discussion autour de l’avenir de la Parole errante

Le dimanche 25 octobre 2015 à la Parole errante à partir de 13h

****

13h : accueil, déjeuner auberge espagnole 14h : présentation publique du projet

15h30 : discussions thématiques 19h30 : bal multiple

(avec Gamelan Puspa Warna, Tripes, L’Orchestre en Carton, DDJ (Collectif Coax), Monte Isola, Harvest (Tricollectif), Tricycle (Collectif Surnatural), Helved Rüm (Coax), Hippie Diktat (Coax), La Barricada Tropical)

 Il y a plusieurs villes. L’une marquée par la précarité, la concurrence, l’individualisme, la peur de l’autre, l’endettement ou la privatisation de l’espace public. L’autre faite de luttes, de solidarités, d’une profusion d’initiatives culturelles, sociales et politiques. Depuis 10 ans, le lieu s’inscrit résolument dans cette seconde géographie. Le collectif « la Parole errante demain » veut travailler à cette continuité et faire que demain, comme aujourd’hui, se côtoient ici des créateurs confirmés, la première d’une compagnie naissante, un festival international, un festival de quartier, une assemblée générale et une fête communautaire. Quel espace en région parisienne pratique une telle ouverture, où ni l’argent, ni la reconnaissance préalable ne constitue une barrière ?

Le propriétaire, à savoir le Conseil Général de Seine-Saint-Denis, doit encore décider de l’avenir qu’il réserve à ce lieu. Il n’est pas sûr qu’il entende les nécessités de maintenir un espace où cohabite une telle diversité de rencontres, réalités, pratiques. Nous défendons un lieu fondé sur l’ouverture, l’accueil, le partage, la solidarité, un lieu ancré dans la ville de Montreuil et dans le territoire de la Seine-Saint-Denis, un centre de création culturel et social qui ne se referme pas sur lui-même.


Il a fallu ensuite continuer d’avancer sur l’écriture collective du projet, sur la construction d’une large alliance d’usagers permanents, réguliers, irréguliers ou futurs, et nous avons aussi pour habiter d’ores et déjà le lieu accueilli pendant toute le mois de mars 2016 de nombreuses propositions.

Au mois de mars 2016 à la Parole errante, plusieurs collectifs expérimentent une programmation où se croisent et se questionnent poésie, politique, peinture, soin, musique, théâtre, artisanat…

Cette programmation rend visible la multiplicité des réalités qui, à l’intérieur de la Parole errante, échangent et se changent, inventent et se réin- ventent, et constituent son identité. Autant de manières de se rapporter à ce lieu, d’en avoir usage, que l’on soit une troupe de théâtre, un collectif d’habitants, une auteure, un peintre, une classe relais, un collectif militant, un réseau de réflexion autour du soin…

Elle révèle un lieu ancré dans son histoire, celle de l’équipe de la Parole Errante constituée autour d’Armand Gatti, et tournée vers des devenirs autres. Elle met en scène un dialogue. Cette programmation rend visible un lieu en recherche de devenirs désirables.

Elle met en lumière, un lieu ouvert sur la ville, un lieu d’accueil et de visibilité pour des pratiques culturelles, sociales, politiques mineures, seules capables de retisser des territoires d’existences et de luttes riches et nécessaires.

Elle rend visible la fonction prise par ce lieu au fil des années dans le territoire de Seine-Saint-Denis et le vide que laisserait sa fermeture programmée en juin prochain.

ProgParolMars_Web


Pour continuer d’imposer une suite à la Parole Errante, nous avons ensuite organisé un banquet public devant la place de la Mairie de Montreuil, pour les forcer en partie à soutenir le projet de la Parole Demain devant le Conseil Départemental.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Fin Juin 2016, nous avons présenté une programmation pour l’automne 2016.

Il y a un mois le collectif la Parole errante demain a lancé un appel à programmation pour l’année 2016/2017.

Il s’agissait de dire que nous sommes déterminés à continuer, et d’inviter ceux qui le désirent à participer de ce mouvement depuis leurs pratiques artistiques, sociales et politiques.

L’appel a été entendu.

Tous les lundis, des personnes sont venues nous rencontrer pour exprimer leur soutien au lieu et proposer des projets pour la saison 2016/2017.

Les usagers réguliers du lieu, la compagnie NAJE, le Festival Ta Parole, la Fanfare invisible, le Surnatural Orchestra, le Teatro del silencio, l’Écharpe de Colombine ont réaffirmé leur attachement à la Parole errante et proposé des projets d’ampleurs.

Différents collectifs à l’initiative de permanences sociales se sont réunis pour élaborer un projet de Centre social autogéré.

Des compagnies de théâtre, des groupes de musiques, des collectifs en lutte, d’autres lieux sont venus nous proposer des événements, des résidences, des ateliers.

Des projets transversaux susceptibles de réunir les différents acteurs de la Parole errante sont en cours d’élaboration : un projet de radio, une université ouverte, etc.

Tous ont pris date, en connaissance de cause, pour un calendrier qui pour l’instant n’a pas d’existence officielle, lançant un signal fort au Conseil Départemental : la Parole errante doit continuer, se réinventer depuis un processus ouvert et transparent initié par les premiers concernés.

Ce processus est en cours et cet appel à programmation en est la démonstration.

Alors venez nombreux soutenir la Parole errante demain et prendre connaissance de sa saison 2016/2017.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Une autre journée a suivi en septembre 2016 pour la rentrée et nous avons ensuite continué la programmation de tout l’automne.