Samedi 7 janvier: construction des devenirs de la Parole Errante

Grand chantier : construction des devenirs de la Parole Errante

Grande journée de ménage, de visite et d’organisation de la Parole Errante demain samedi 7 janvier 2017

Pour commencer l’année, nous vous invitons le samedi 7 janvier (horaires précis suivront vite) à un moment de discussions débridées, de grand rangement et de menus travaux. Venez visiter le lieu dans tous ses recoins, discuter de ses usages possibles, imaginer la suite.

Méchante menace de fermeture de la Parole Errante !

En 2017, sur décision du Conseil général de Seine-saint-Denis, la Parole Errante est censée laisser place aux Jeunesses Musicales de France et au Centre d’Art et de Transformation sociale d’Arras.

Ce scénario est indigeste ! Hors de question que la Parole disparaisse !

Nous n’abandonnerons pas notre programmation, pas le hangar, pas la librairie, pas le centre social ni les collectifs, ni les compagnies, ni toutes celles et ceux qui font vivre ce lieu et ont besoin de lui.

Nous avons un lieu pour habiter le monde! Nous le garderons !

Halte aux déménageurs ! Soyons nombreuses-nombreux le 7 janvier pour une grande journée d’actions / discussions / ateliers !

Parole tenue ! Déambulation dans Montreuil le dimanche 11 décembre

La programmation de la Parole Errante demain a commencé dès septembre dans un processus transparent et bien vivant, engagé par une multiplicité de réseaux, d’usagers, des centaines de personnes désireux-ses de poursuivre l’aventure du lieu.

Parole tenue !

Qu’est-ce que fabrique la Parole Errante ?

Un projet qui part de l’histoire réelle du lieu et de sa diversité. Un projet fondé sur l’accueil et la solidarité. Un projet à dimensions sociales, politiques et culturelles. Un projet de recherche, d’expérimentation et de fabrication du commun.

Mais la pérennité de ce lieu est décidée par le conseil départemental qui a lancé un appel à projet sans tenir compte de son histoire. Le risque que soit privilégié un futur espace culturel standard et rentable plutôt que les pratiques de transformation actuellement mises en œuvre ne saurait être négligé.

Pour résister, exigeons ensemble un bail de 3 ans, occupons l’espace de cette énergie commune, par nos corps et nos voix,

dimanche 11 décembre

Nous ne sommes pas un « Projet »

Communiqué à propos de l’appel à projets lancé le 8 juillet 2016 par le conseil départemental de Seine-St-Denis concernant les locaux de la Parole errante.

Le Conseil départemental, propriétaire des lieux, vient de lancer un appel à projets relatif au devenir de la Parole errante.

On peut parler d’un léger déplacement de la situation. Les Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis n’ont plus vocation à être les usagers exclusifs du lieu. Les « candidats » devront faire une place à deux festivals, Ta Parole et Les Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis et à deux usagers permanents, le Café-librairie Michèle Firk et les Pépinières d’artistes européens.

Par ailleurs, cet appel à projets reprend en des termes très généraux certains aspects de notre philosophie du lieu.

Mais si cet appel à projets peut être vu comme une ouverture, il permet aussi la reprise du lieu par n’importe quelle structure ou personne désignée comme « vainqueur ». Quelle continuité alors avec l’actuelle réalité de La Parole errante ? Quel projet venu d’ailleurs saurait en prendre soin sans y avoir jamais mis les pieds autrement que pour une simple « visite obligatoire du site » ?

Au processus transparent et démocratique engagé par le collectif la Parole Errante Demain, le Conseil Départemental oppose un appel à projets concurrentiel dont l’issue reste à sa discrétion.

Si cet appel à projets est l’occasion pour le Conseil départemental de reconnaître enfin le processus initié par le collectif La Parole Errante Demain, tant mieux. Le document envoyé il y a un an au Conseil départemental, intitulé Une fabrique du commun, est lisible par tous. Il est l’objet d’une élaboration continue et le Conseil départemental le recevra de nouveau à la date requise.

Mais la Parole Errante Demain n’est pas un simple « projet ». C’est une histoire, des usages, des besoins, un tissu social. C’est le croisement d’une multiplicité de réseaux, d’usagers, de centaines de personnes engagées dans la poursuite de cette aventure. C’est un ancrage. C’est un processus vivant. Il ne s’évanouira pas suite à une simple décision institutionnelle.

C’est pourquoi nous invitons ceux qui souhaiteraient répondre et se porter « candidats » à cet appel à plutôt nous rejoindre et à renforcer cette bataille pour le lieu. À la concurrence de tous contre tous, nous préférons la composition des mondes. C’est le sens de l’appel que nous avons lancé début mai en vue de la programmation de la saison 2016-2017 et auquel de nombreux collectifs ont déjà répondu. C’est le sens des deux nouvelles journées d’ateliers ouverts et publics auxquelles nous appelons les 17 et 18 septembre à la Parole errante, qui seront consacrées à la mise en œuvre et à l’approfondissement de cette programmation.

De toutes parts disons au Conseil départemental qu’il n’a d’autre choix que de reconnaître le processus de réinvention du lieu qui a déjà commencé. Construisons au plus grand nombre une réalité si forte que ce lieu ne puisse pas disparaître !

Continuons !

Programme du Week-end des 17 et 18 septembre

Une saison de lutte est en cours. Aucun pronostic annonçant sa fin ne s’est vérifié. Pour vaincre, nous n’avons d’autres choix que d’emprunter des temporalités inédites. Il nous faut durer. Pour durer, parmi d’autres choses, il faut des lieux. La Parole Errante est l’un de ces lieux. Mais ce lieu a besoin de forces supplémentaires pour continuer d’exister. Pour cela nous vous invitons à deux jours de mobilisation autour de la défense de la Parole Errante. Et ici défendre veut aussi dire inventer. Nous sommes à la Parole Errante comme partout ailleurs: nous ne sauverons l’existant qu’à le réinventer.

Programme

Nous avons conçu ce week-end comme un moment de travail partagé entre toutes les personnes engagées dans le devenir de la Parole errante. C’est une étape supplémentaire dans la réinvention du lieu depuis un processus public.

L’étape précédente avait consisté à faire exister la dimension d’accueil, de lieu partagé, à travers l’appel à programmation pour la saison 2016-2017 et sa mise en œuvre. Pari tenu, cette programmation impulsée par le collectif la Parole errante demain a déjà commencé avec une très belle exposition des ateliers du Non-faire à la Parole errante et se prolongera toute l’année.

Le week-end du 17 et 18 septembre se concentrera autour de deux aspects.

Samedi : Deux ateliers porteront sur la future administration et gestion du lieu. Quelle structure juridique pour la Parole errante demain ? Quelle gestion, quelle autogestion pour la Parole errante demain ? Ces ateliers seront aussi des appels. Appel à devenir coopérateur de la future Société Coopérative d’Intérêts Collectifs (SCIC). Appel à prendre part aux différentes équipes en charge de la vie du lieu.

Dimanche : Les ateliers porteront sur des projets collectifs impulsés depuis l’intérieur du lieu : des rencontres cinématographiques, une université ouverte, un centre social autogéré, un centre de recherche théâtrale autour de l’oeuvre d’Armand Gatti, etc.

Samedi

14h : Accueil du public

14h30 : Point sur la situation du lieu

15h-16h30 : Atelier Société Coopérative d’Intérêts Collectifs (SCIC)

Nous présenterons lors de cet atelier les grandes lignes du fonctionnement d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif, en tentant de répondre à 3 questions : Pourquoi ce choix pour la Parole Errante Demain ? A quoi ressemblerait une SCIC appliquée aux valeurs et au projet de la Parole Errante Demain ? A quoi et pour quoi s’engage-t-on à être coopérateur ?

17h-18h30 : Atelier autogestion et administration de la Parole errante

Cet atelier a pour objectif de constituer les différentes équipes en charge de la Parole errante demain : programmation, communication, administration, accueil, régie. Le collectif présentera ses hypothèses de fonctionnement et invitera les participants à y prendre part. Toutes les énergies, les disponibilités et compétences sont les bienvenues. Venez nombreux, c’est important.

19h30 : Repas

21h : Les Vilains – Monologue à partir des textes de Dario Fo

Des histoires qui parlent du passé pour mieux éclairer notre présent. On y retrouve l’esprit corrosif de la fable médiévale et de l’humour rabelaisien. Et sous la drôlerie du quotidien ou la fantaisie de l’imaginaire, ce sont bien les rouages d’une machine à faire régner l’ordre qui se mettent à gripper…

Dimanche

13h30 : Accueil du public

14h : Point sur la situation du lieu

14h30-16h :

Atelier autour du Centre Social Autogéré
On sait ce qui nous perd, vivement qu’on se retrouve ! Puisque l’ouverture et l’hospitalité sont des enjeux cruciaux pour un centre social, nous aimerions que cet atelier soit l’occasion de discuter concrètement de ce qu’exige de prendre position contre les rapports concurrentiels, de surplomb, d’expertise, de domination… Comment apprendre ou réapprendre à coopérer ? Reconnaître les savoirs expérientiels de celles et ceux qui nous entourent ? Inventer de nouvelles manières de les articuler ?

Atelier expérimentation théâtrale autour de l’écriture d’Armand Gatti
Cet atelier a pour but d’envisager la mise en place d’un travail avec un groupe de volontaires sur les textes d’Armand Gatti, piloté par un collectif de metteurs en scène ayant une pratique du théâtre de Gatti. Ce travail devrait trouver sa concrétisation dans des présentations publiques de lecture. Au-delà de l’œuvre de Gatti la réflexion s’orientera sur les possibilités d’un théâtre contemporain qu’elle induit.
Atelier animé par Matthieu Aubert, Jean Marc Luneau, Mohamed Melhaa.

Atelier autour de rencontres cinématographiques
Retrouvons-nous pour échanger avec différents collectifs cinématographiques en vue de construire un espace annuel de diffusion et de réflexion autour du cinéma et de ses enjeux. L’idée est d’explorer différentes formes et démarches, tout en réfléchissant aux conditions de leur diffusion. Quelles sont les possibilités de créations et projections collectives ? Quelles formes de réappropriation et d’échanges permettent-elles ?

16h30-18h :

Atelier autour de la fabrique et de la transmission des savoirs
La question de l’apprentissage et de la transmission a toujours été centrale dans l’histoire de la « Parole errante », qui s’est parfois rêvée comme une sorte d’université « alternative », « populaire », « ouverte », « non spécialisée ». Au moment de réinventer le futur de ce lieu, cette question continue plus que jamais d’insister. En partant de pratiques déjà existantes au sein de la librairie Michèle Firk, de divers ateliers de théâtre ou d’écriture, mais aussi de nouvelles propositions de rencontres et de séminaires, ou encore des activités du centre social autogéré, nous voudrions ouvrir un questionnement sur notre rapport à la connaissance et peut-être plus généralement ce que faute de mieux, nous continuons d’appeler la « culture ». A partir de la diversité de projets et de pratiques qui se déploieront dans le lieu cette année, l’hypothèse serait d’envisager des moments communs d’enseignement, de formation, d’apprentissage et d’élaboration. Sous quelles formes ? A quels rythmes ? Et avec quels objectifs ?

Dans ce cadre, et en fonction des présents, nous prendrons éventuellement un temps pour questionner l’outil radio et la façon dont il pourrait venir appuyer cette réflexion.

Atelier sur la place du spectacle vivant dans la Parole Errante Demain
Il s’agit de débattre autour du sens commun que les compagnies de spectacle vivant peuvent donner au développement de projets au sein de la Parole Errante.

En pratique, les discussions de cet atelier devraient porter sur deux axes :

1) Pourquoi crée-t-on ou diffuse-t-on un spectacle à la Parole Errante plutôt qu’ailleurs ? Comment définit-on notre rapport au lieu, et à ses publics ? Comment est-ce que chaque compagnie participe-t-elle au projet du lieu ?

2) Que partage-t-on entres compagnies sociétaires ou « usagères » de la Parole Errante Demain : du matériel et des espaces ? une communication ? des pratiques ? des temps forts ? A partir des expériences singulières de chaque compagnie, où et comment « Fabriquer du commun » ? A partir de ces 2 axes, faut-il écrire une charte commune des engagements des compagnies pour l’usage du lieu ?

18h30 : Concert : Sara Curruchich

Auteur compositeur interprète, Sara puisse son inspiration dans sa culture maya en composant dans sa langue maternelle, le Kaqchikel et en espagnol.

Appel à programmation 2016/2017

Inventons aujourd’hui ce que sera la Parole errante demain

Le Conseil Départemental, propriétaire des lieux, veut fermer la Parole errante à la fin du mois d’août. En réponse et pour dire notre détermination à continuer, nous commençons à poser les premiers jalons d’une programmation pour l’année 2016-2017.

Ceci est donc une invitation à penser avec nous la vie de la Parole errante demain et à proposer des projets, des initiatives, à partir de vos besoins et désirs, à partir de vos pratiques artistiques, sociales et politiques. À vous qui voulez répondre à cet appel, voici un inventaire provisoire des possibles pour la Parole errante demain. Une façon de déployer ou de continuer à déployer un imaginaire pour ce lieu dans lequel nous vous invitons à entrer.

La Parole errante demain, inventaire des possibles

Un lieu depuis lequel fabriquer du commun. Un lieu depuis lequel les liens se renforcent, les réseaux s’activent. Un lieu de confluence. Un lieu anti-spectaculaire, en tant que le spectacle sépare. Un lieu soucieux des processus, des chemins. Un lieu des travaux en cours. Un lieu d’une consistance perdue à reconquérir. Un lieu non prescriptif mais exigeant, où chacun·e est invité·e à questionner ses contradictions. Un lieu en devenir. Un lieu des pratiques culturelles mineures. Un lieu où la concurrence de tou·te·s contre tou·te·s fait place à la composition des mondes. Contre le non lieu de la mondialisation, un lieu de la mondialité. Un lieu de la rencontre. Un lieu des identités ouvertes. Un lieu, non, une arche, non, un radeau. Un lieu qui compose avec l’oiseau comme avec le fleuve. Un lieu qui ressent loin et proche à la fois. Un lieu pour vaincre la solitude. Un lieu du visible et de l’invisible. Pas un lieu, un processus vivant. Un lieu qui soigne, un lieu qui mugit, un lieu pour les sans-lieux, un lieu où tout être se voit reconnu dans son existence. Un lieu des solidarités concrètes. Un lieu qui a pour seule tutelle le monde. Un lieu libre. Un lieu parmi d’autres lieux, avec qui tisser des complicités. Un lieu où l’on apprend ce que l’on sait déjà. Un lieu d’émergence des savoirs. Mais aussi un lieu où l’on apprend l’art de la menuiserie, la relativité d’Einstein, la musique dodécaphonique, la théorie du pouvoir de Foucault. Un lieu où chaque nouvelle découverte scientifique est discutée âprement, chaque nouvelle expression artistique écoutée attentivement, chaque nouvelle théorie critique débattue passionnément. Un lieu du savoir, l’académie en moins. Un lieu où l’on écrit, parle, chante, joue, danse, imprime, fabrique, filme, regarde et écoute. Un lieu pour un peuple à venir. Un lieu à inventer. Un lieu auquel vous êtes invité·e·s, un lieu que vous devez défendre et faire vivre. Un lieu, opaque au pouvoir, transparent à la multitude. Non un lieu, une grève continue contre l’ordre économique mondial. Un lieu pour les peuples en résistance. Un lieu où manger. Manger c’est toujours manger un peu de monde, donc communier avec lui. De l’importance d’y mettre les formes. Un lieu pour ne rien faire. Un lieu pour qui n’a plus le temps. Un lieu qui prend le temps de voir loin. Un lieu qui n’attend plus.

Vous voulez participer à la Parole Errante Demain, proposer un débat, un festival, une création, une résidence, une permanence sociale, un concert, une université ouverte, une projection, une assemblée, un atelier pour l’année 2016-2017, venez nous rencontrer tous les lundis à 18h à la Parole Errante.

Nous avons jusqu’au 20 juin pour réaliser ce programme, que nous présenterons le 29 juin lors d’une soirée publique à la Parole Errante.

Banquet de la Parole Errante le 7 mai (Galerie photo)

Banquet de la Parole Errante le 7 mai à partir de 13h

Samedi 7 mai 2016, place Jean Jaurès à Montreuil

Prises de Parole, ateliers, jeux, spectacles à partir de 13h
Banquet à 20h et soirée festive avec chorales et fanfares

Facebook : https://www.facebook.com/events/558620640986648/

  • 13h à 18h : Ateliers et projection de courts-métrages en continu
  • 14h Prise de parole : La Parole Errante demain !
  • 13h à 17h : Projections pour les enfants avec McLaren « Blinkity Blank » et Charlot « The Immigrant »
  • 16h : Chant, accordéon, contrebasse
  • 16h30 Prise de parole : La Parole Errante demain !
  • 17h Théâtre : L’Écharpe de Colombine
  • 17h15 Prise de parole : Témoignages
  • 17h30 : Chorale Céchéki
  • 18h15 Prise de de parole : Témoignages
  • 19h : Théâtre
  • 19h30 Prise de parole : La Parole Errante demain !
  • 20h : BANQUET !!
  • 20h30 : Chorale Si bémol
  • 21h Prise de parole : La Parole Errante demain !
  • 21h15 : Fanfare La grâce de l’hippo
  • 22h : Projections par l’ETNA et Cinépelloche
  • 22h30 : Fanfare invisible

Télécharger : Tract "Grand banquet pour la Parole Errante demain"

Nous sommes nombreux, sur ces dix dernières années, à être venus une fois, souvent, tous les jours ou chaque année à la Parole Errante : à l’occasion d’un concert, d’un festival, d’une discussion, d’une répétition, d’un spectacle de théâtre, de conférences, de soirées de soutien, d’assemblées politiques, d’ateliers de sérigraphie, et de nombreux autres événements et initiatives. La fin de la Parole Errante est annoncée pour l’été 2016. La forêt brûle !

De tels lieux, où l’accueil n’est pas entièrement conditionné par l’argent et n’exige pas de reconnaissance institutionnelle préalable, sont décisifs pour la ville de Montreuil, mais aussi plus largement pour Paris et ailleurs. Représentation de compagnie de théâtre amateur ou professionnelle, fête d’un syndicat ou d’association de quartier, bal de toutes tailles ou discussion collective prévue dans l’urgence : nous avons besoin de lieux pour habiter le monde. Des lieux multiples, ouverts à toutes sortes de réalités pour qu’elles puissent se rencontrer, qu’il soit simple d’y passer, de passer la porte peu importe qui l’on est ou d’où l’on vient.

La privatisation des espaces dont les usages furent communs, partagés, ouverts sur la ville est un enjeu politique crucial dont nous devons nous saisir. C’est une question commune, qui ne doit pas appartenir aux seules politiques culturelles, urbaines ou territoriales : elle concerne le devenir de nos villes, de nos quartiers, de nos manières d’habiter.

Télécharger : Tract "Ne laissons pas fermer la Parole Errante"

26, 27 mars : Discussion et organisation autour de la défense de la Parole Errante

Au mois d’octobre 2015, nous avons organisé une journée de réflexion autour de l’avenir de la Parole Errante. Plusieurs centaines de personnes ont discuté des besoins auxquels ce lieu répond, du souci de l’accueil, de la pratique de l’atelier, des modes de financement, d’un projet de cantine pour le lieu…

Le samedi 26 et le dimanche 27 mars 2016, la restitution des discussions réalisées lors de ces précédentes rencontres ouvrira à des propositions à mettre en œuvre pour défendre et inventer l’avenir de la Parole Errante.

Sans oublier la nourriture, les lectures, les concerts, les ciné-concerts, le bal… et une journée autour de l’artisanat et l’échange des pratiques.